Editorial

Pascal BOEY, Président

Après avoir été fortement déstabilisés par la hausse de la TVA qui s’est traduite par une augmentation du prix des pensions des chevaux de 15 % pour les propriétaires non assujettis, l’année 2019 sera à nouveau une année difficile pour la filière hippique et les propriétaires paieront un lourd tribut à la nouvelle baisse du résultat du PMU qui finance les courses.

En effet, comptant sur une hausse de 1,5 % des enjeux, le PMU s’était engagé sur un reversement de 803 M€ à la filière en 2018. C’est sur cette hypothèse que les Sociétés mères avaient établi leurs budgets validés par l’État. Finalement, compte tenu d’une baisse de 2,6% des enjeux cette année, le PMU ne pourra tenir ses engagements envers le Trot et le Galop qui ne vont donc recevoir que 780 M€ en 2018 et seulement 747 M€ en 2019 !

En conséquence, Le Trot et France Galop ont été contraints de boucler leurs budgets 2018 et construire ceux de 2019 avec 79 M€ en moins obligeant ainsi les socioprofessionnels à supporter les erreurs prévisionnelles du PMU.

Ainsi, afin de respecter ses engagements envers l’État de présenter un budget à l’équilibre en 2019, Le TROT a dû réaliser 35 M€ d’économies et se résoudre à une baisse des allocations de 26 M€.

Les Propriétaires voient donc une nouvelle fois le prix de leur passion sévèrement atteint et ne pourront supporter davantage d'être la principale variable d'ajustement budgétaire. Les socioprofessionnels ne pourront supporter une telle baisse sans difficultés financières majeures pour la plupart d’entre eux et destructrices pour la filière.

Cyril Linette, Directeur Général du PMU, fait un constat précis, chirurgical, qui tranche avec le déni de réalité observé jusqu’alors : « Pendant très longtemps, un marketing de profusion a masqué ce qui était un point essentiel : la baisse de l’attractivité des courses hippiques ».

Mais, après ce constat, il lui appartient de réformer la maison PMU et de présenter et mettre en place un plan de relance détaillé et chiffré qui replacera le pari hippique - ADN du PMU - au cœur de notre stratégie, avec pour ambition de retrouver une attractivité élevée des courses et des paris.

Je l’ai souvent dit : « Trop de courses tue les courses. Il faut mettre fin à la course à l’échalote, cette fuite en avant, qui dilue les masses et décourage les turfistes ».

Redynamiser les paris hippiques en optimisant le calendrier et le programme des courses hippiques pour maximiser les enjeux est l’objectif commun des Sociétés de courses et du PMU. Cette stratégie est enfin au cœur de la reconquête de la croissance et notre association de Propriétaires est pleinement convaincue de cette stratégie.

Le plan de réduction des charges entité par entité et par mutualisation doit être amplifié. Nous devons rationaliser les coûts de l’Institution et maximiser les synergies de revenus. (LeTrot, France Galop, PMU, FNCH).

Mais un seul plan d’économies ne permettra pas d’enrayer le déclin structurel des enjeux. C’est pourquoi un plan de relance, de reconquête de la clientèle et d’innovation des paris est tout aussi urgent.

Nous devons présenter une vision et des perspectives, fixer un cap, afin de créer l’élan pour que chacun accepte et s’implique dans les changements profonds rendus nécessaires par la situation de l’Institution et la mutation de l’offre de jeux et de paris.

Notre produit "pari" est usé et s’adresse à une population de plus en plus réduite et vieillissante. Les paris sportifs ont offert à une clientèle jeune une offre nouvelle. Il faut rendre notre produit plus attractif, lisible et accessible aux néophytes et en proposer de nouveaux pour une clientèle plus jeune et adepte du digital. Le renouveau annoncé du Quinté +, épreuve phare mais laissée pour compte ces dernières années, doit être le centre de nos préoccupations. Sa réforme ne pouvait plus attendre et doit amener un retour à la sagacité et à l’espérance de gains.

Le SNPT défend la mise en place d’une Gouvernance rénovée de l’Institution hippique avec des réformes structurelles du PMU et des Sociétés mères pour fixer une stratégie commune et créer une capacité de décision rapide et plus efficace dans la coordination entre les entités.

Mais tout cela ne suffira pas sans un soutien fort de l’Etat aux réformes entreprises. Un nouveau contrat de filière est vital à la pérennisation de celle-ci. Avec un différentiel de rémunération sur les produits FDJ et PMU de plus de 3%, un TRJ hippique et sportif différent, une interdiction d’accès à de nouveaux jeux sur la compétition hippique, nous sommes face à une distorsion manifeste de concurrence, alors que l’État s’était engagé à veiller à l’équilibre des monopoles.

Notre Association représente les Propriétaires auprès de la S.E.C.F. et des différentes Commissions du Trot depuis maintenant 40 ans.

Nos élus siègent avec conviction et détermination dans les Comités régionaux et au Comité du TROT.

Interlocuteurs permanents de la Société mère et des socioprofessionnels, nous essayons de peser de tout notre poids pour faire entendre la voix de tous les propriétaires.

Le SNPT défend les intérêts des propriétaires notamment dans le cadre de la Commission de conciliation mise en œuvre par Le TROT où notre syndicat siège aux côtés du Syndicat des Entraîneurs et des Jockeys de Trot.

Nous proposons une assurance Responsabilité Civile du Propriétaire, très performante, couvrant les dommages causés par un trotteur depuis sa première mise à l’entraînement jusqu’à son retrait définitif de la compétition.

Nous publions la revue MédiaTROT à plus de 5 000 exemplaires afin de créer un lien régulier avec tous les acteurs de la filière et faire partager notre passion de la compétition.

Nous avons obtenu l’attribution d’une carte d’accès aux hippodromes pour tout co-propriétaire ou tout co-éleveur d’un cheval, quel que soit son pourcentage de propriété, ce qui est une reconnaissance bien méritée de tous les associés.

(Cette carte peut être demandée par tout propriétaire (ou associé, colocataire, bailleur) ou éleveur (ou co-éleveur), d’un cheval ou un élève au moins, entraîné en France ayant pris part à une course publique en 2018 ou 2019.) La demande doit être adressée par courrier à la S.E.C.F : (Joindre une photo au format identité) :
Le TROT - Département Licences et Agréments - 7 rue d’Astorg - 75008 Paris.

Un espace dédié aux propriétaires a été créé sur le site du Trot, reconnaissant ainsi le rôle joué par les passionnés que nous sommes dans l’économie de la filière et l’absolue nécessité, d’être accueillis, encouragés, accompagnés.

Nous devons continuer d’exercer notre pression pour que les Propriétaires soient reconnus à leur juste valeur.

Nos ressources, ce sont vos adhésions. Elles sont notre soutien et nous permettront de porter votre voix. Pour faire face aux difficultés, nous avons besoin de vous. Plus notre syndicat sera fort, plus il sera écouté, mieux les propriétaires seront respectés.

J’ai ainsi le plaisir de vous adresser votre bulletin de renouvellement pour l’année 2019 qui marquera votre attachement à nos actions. Vous pouvez compter sur le dévouement de vos représentants.

Je vous adresse tous mes vœux de bonheur et de santé pour 2019. Je vous souhaite une année riche de plaisirs, de passions, de rêves, d’émotions sportives et de victoires.

Je souhaite fraternité, unité et sérénité pour notre filière hippique. Que cette année nouvelle soit celle du renouveau et de la relance. Vive le Trot. Vive les courses.

Veuillez agréer, cher(e) Adhérent(e), cher(e) Propriétaire, l’expression de mes sentiments les meilleurs.














    Contacts

   SNPT
   Domaine de Grosbois - Cour des Communs
   94 470 Boissy-Saint-Léger
   Tél. : 0768840667
This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.